Face à PAF : Julien Courbette

Publié le par Xavier Knoepffler

 

Julien Courbette, animateur et producteur des deuxièmes parties de soirées de TF1, nous fait l’honneur de ce premier rendez-vous dominical. Au moment où il négocie avec E. Mougeotte la reconduction de ses contrats, et notamment de son quota de prime time sur la chaîne, il se livre à notre rédaction, fort des derniers excellents résultats de sa dernière émission, « Confessions Intimes ».

 

Les Cahiers De La Télé : Julien, le dernier magazine « Confessions intimes », que votre société produit, est allé loin dans la mise à nu (reportages sur une boulimique, sur un concours de mini miss Belgique, sur une mère ultra possessive, sur un restaurateur hyper exigent)

Julien Courbette : C’est vrai,  Merci de noter qu’il y avait du « Strip-tease » dans mes sujets ! Mais là où la célèbre émission belge de FR3 s’arrêtait, nous, nous avons eu le courage de mettre des mots sur les maux, si j’ose dire ! (NDR : Avant d’être producteur de trash-TV, Julien était membre de l’émission satirique de Jacques Martin, « Ainsi font, font, font »).

LCDLT : Quand même, beaucoup de téléspectateurs ont réagi après votre émission « Confessions intimes » sur la boulimie. Ils étaient même outrés par la façon dont le reportage était tourné : en ouverture, la lettre à une mère d’une boulimique, qui demandait à ce que tout cela reste sous le sceau du secret…

JC : C’est vrai, beaucoup de téléspectateurs ont été choqués par ce reportage, et je profite de la tribune qui m’est offerte pour m’excuser auprès d’eux : nous n’avons pas pu tout filmer, parce que la jeune boulimique, violant son engagement contractuel, n’a pas voulu nous ouvrir les portes de ses toilettes. C’est dommage, car cela empêche la compréhension de la maladie par tout un chacun, même si, heureusement, elle nous avait permis de filmer pendant ses crises. Tant pis pour elle, c’est sa thérapie qu’elle met en danger, au nom d’une pudeur indécente…

LCDLT : Quand bien même, jusqu’où irez-vous ?

JC : Au delà des problèmes des boulimiques, qui ne sont en fait que le négatif des anorexiques, ultra traités sur TF1,  il reste heureusement des frontières à repousser. Quid des « avortiques », ce mouvement de jeunes femmes, négligées par les média bien pensants, qui, comme les boulimiques qui se font vomir, repoussent les limites de leurs corps jusqu’à sans cesse se faire avort…

LCDLT (nauséeux) : Julien, merci

Commenter cet article

E.T. 21/03/2005 01:04

Parfait ! J'ai bien aimé. J'espère qu'il y aura d'autres face à PAF ! Signé : Julien Courbette (non, je plaisante...lol).