Pierre-Marie Thiaville : le Don Quichotte de l'économie

Publié le par Xavier Knoepffler

Souvenez-vous, c'était un soir où vous vous étiez endormis devant Delarue, son émission traitait des enfants martyrs, ou des nouveaux comportement sexuels (ou des 2!). Vous vous réveillez brusquement, parce qu'une femme semble vous susurrer à l'oreille des choses douces sur les montants compensatoires. Hélas, c'est la présentatrice de journal de la nuit, qui introduisait Pierre-Marie Thiaville en fait. Alors, avant de faire le dernier pipi de la soirée, vous restez figé devant votre poste, à écouter ce chroniqueur, qui, malgré son âge respectable, semble habité par ce qu'il dit.

Pierre-Marie Thiaville fait partie de ce qui pourrait être appelé le Grévin de l'audiovisuel, avec Bertrand Renard (les chiffres et les lettres, FR2), Evelyne Dhéliat (la météo, TF1), ou Jean-Claude Allanic (le médiateur, FR2) : des silhouettes, sur lesquelles on ne peut pas forcément mettre des noms, mais dont on devine tout de suite qu’ils étaient des pointures du temps de l’ORTF.

 

Accoudé au comptoir

Ni son physique, ni sa voix, ne se prêtent à la télévision : ce physique de délégué syndical, proche des ouvriers, mais aussi corporatiste, premier défenseur de l’ « emp’oi », cette voix, qui s’est, semble-t-il, durcie à coups de Boyard Maïs. Rien n’a pu l’écarter des plateaux de télé, pas même la bougeotte des programmateurs (avant d’être au Journal de la Nuit, il pointait à Télématin, bonjour la vie de famille !). C’est essentiellement à sa fougue qu’il doit sa présence à l’écran contre vents et marées. Car le Pierre-Marie est tenace, les ongles plantés dans le formica de la table, prêt à découdre avec les moulins à vents de l’économie à la papa : délocalisation, grèves, feuilles d’impôt, Europe,… le leitmotiv est le même. « A la fin, c’est le pouvoir d’achat du contribuable qui en pâtira, à moins que »…Chacune de ces chroniques se termine en effet par les enjeux à venir : A moins que les fonctionnaires trouvent les ressources de s’en sortir, A moins que la France fasse le gros dos, A moins que les français y regardent à 2 fois dans leurs dépenses, A moins que le gouvernement n’entende l’appel de la rue, A moins que Bruxelles nous tire les oreilles…, mettant les pauvres Français encore éveillés devant leur responsabilité, alors qu’ils n’avaient rien demandé.

Un grand merci donc à Pierre-Marie, car, chaque soir, alors que le rédac’chef fulmine sur le retard pris par la pub, il rend sa copie imperturbable, la flamme du journalisme dans l’oeil.

Du Lundi au Vendredi, le JT de la nuit, FR2

Publié dans OtVNIS

Commenter cet article

Pr Fox 28/10/2006 16:21

Congratulations pour cette pertinente mise en exhergue.
(mutuelles ? On fait un fan-club ? :-)

En 2 temps 3 mouvements (le fameux question/réponse entre Pierre-marie Thiaville et le ou la présentatrice, dialogue impromptu à peine préparée à l\\\'avance, unique en son genre :-) l\\\'actualité économique (complexe) était synthétisée (limpide) !

Mais à l\\\'approche des élections on ne le voit plus du tout !

Non seulement je n\\\'en dors plus la nuit, moi non plus, mais ça me perturbe le jour :-))

fox

-----------------
un autre site critique à propos de la télé : http://blog.france3.fr/sauvage/index.php/

Bertrand Costet 05/12/2005 15:20

Bravo pour l'article, j'apprécie moi aussi particulièrement les chroniques noctambules de Pierre-Marie Thiaville mais drame ! On est le 5 décembre et je ne le vois plus au dernier journal de la nuit. Où est-il encore passé ?
M'étonnerait pas qu'il ait été poussé dans un placard pas doré ou carrément passé à la trappe vu la reprise en main droitière de l'ensemble du service public.
Quelqu'un pourrait-il me rassurer je n'en dors plus la nuit.