Touche pas à mon poste!

Publié le par Xavier Knoepffler

Le 19 mars dernier, le Haut Commissariat à l’Intégration a remis au gouvernement un rapport déplorant les grilles de programme "désespérement pâles", sous-entendu, il n’y a pas assez de personnes de couleur à la télé, autre part que dans les clips, les faits divers et les programmes pour la jeunesse. Depuis, Ardisson & Cie se sont livrés à un petit décompte aussi gênant (cela ressemble à la liste de Ramadan) que faux (l’homme en noir en avait dénombré 3, dont 1 sur MTV, chaîne câblée confidentielle, alors qu’à vue de nez, j’en compte déjà 5 ou 6).

Ce rapport apportait une réponse tarte à la crème, puisqu’elle émettait l’hypothèse d’instituer des quotas, auxquelles les chaînes devraient se plier. Outre le fait que ce système est complètement injuste, il n’est pas applicable (sur quelle base ?), puisque l’INSEE se refuse à identifier les français, sur le simple critère de couleur de peau. CQFD.

Personnellement, je proposerai bien une table ronde avec d’éminents représentants des minorités (au hasard Magloire, Vincent Mc Doom, Sébastien Folin et Charly ou Lulu), mais j’ai bien peur que cela terminerait en eau de boudin.

 


Pas de discrimination pour le chasseur

Mire Couleurs

France 2, quant à elle, a choisi le divertissement comme manifestation de son intérêt pour la question, et propose ce soir une émission présentée par Isabelle Giordano, hommage aux 20 ans de SOS Racisme, portant le nom bien pensant de « J’ai rêvé d’un autre monde » (personnellement, à tout prendre, j’aurais préféré une autre chanson de Téléphone comme emblème de cette soirée : « Juste une illusion » ou « Voilà, c’est fini »).

Les amateurs de débat peuvent sans problème aller se coucher tôt ou re visionner l’émission consacrée à ce sujet par Schneiderman, car ça n’est pas ce soir que le fil à coupler le beur va être inventé.

SOS Racisme a 20 ans et s’en glorifie sur son site. Un prime en leur honneur, c’est beaucoup pour une association dont le seul vrai mérite en date est d’avoir fait sauter les verrous de boites de nuit grâce à ses « testing ».

 

Le pote aux Roses

Est-ce qu’il y a 20 ans, les fondateurs de SOS Racisme rêvaient d’une France ultra communautariste, de banlieues meurtries par des faits divers sordides, « d’ados des cités marqués par un racisme incroyable contre les juifs, les Français, les Blancs, les Portugais, les blonds mêmes (sic !) » (in Marianne du 19 février) ? Est ce que dans "cet autre monde", qu’ils idéalisaient, ils avaient vu le port du voile, le recul de la pratique du français dans les foyers immigrés (arrivée massive des chaînes arabophones via les paraboles), le racket organisé par des bandes sans foi ni loi dans les manifs de lycéens, les dérapages de Dieudonné ?

Non, il y a 20 ans, les uns vendaient des badges, les autres se faisaient récupérer par des mouvements politiques, petit strapontin hautement symbolique (d’ailleurs leur incapacité à régler les problèmes d’intégration a perduré jusque dans le parti qu’ils fréquentent désormais).

 

 

Alors, il nous reste France-Suisse de ce soir (sur TF1), pour célébrer une France Black-Blanc-Beur, certes complètement illusoire, mais au moins efficace.

Publié dans Rendez-vous

Commenter cet article