Morandini vs Schneidermann : Les Chiffres contre les Lettres

Publié le par Xavier Knoepffler


-Monsieur Morandini, les Chiffres?

 

Le combat par média interposé auquel se livrent Morandini, l’apôtre des chiffres d’audience, et Schneidermann, le fin lettré, pour la ceinture de meilleur critique télé mérite d’être étudié.

 

 

 

 

 

 

Résumé des épisodes précédents.

Jean Marc Morandini a connu une trajectoire très appréciée des amateurs de boxe. Son ascension a en effet été très brutalement brisée (comme Mohammed Ali et Myke Tyson) :

Dès la montée sur Paris de ce Wonder Boy marseillais, l’organisateur Mougeotte repère « sa carrure avec ses épaulettes de travers » du temps où il était sur la 5. il va l’intégrer dans son staff de jeunes coqs, dans la catégorie « fin de soirée » après le poids lourd de la trash TV d’alors, Jacques N°1 Pradel. Les succès (il frôle les 50% de parts de marché) et les combats s’enchaînent : les nains, les travestis, les has been, les escrocs du paranormal. Jean Marc Morandini se fait les dents dans « tout est possible ».

Cette émission devient sa signature, et son style « Ne zappez pas » s’impose à chacun. Mais un jour, La main du destin stoppe net les ambitions frénétiques de ce « jeune chien fou ».

Etienne, son manager, lui demande en effet de se coucher dans un combat retransmis à la télé, fin 94. Morandini accepte (notre photo), et c’est le drame !

 

 


-"Je crois...je crois...je crois que vous êtes grillé !!!"

 

Le Wonder Boy fuit aux States, pays où il avait copié ce style trashy pendant quelques années, pour revenir par la petite porte via les circuits parallèles de combat (la radio), plus confidentiels, mais tout autant lucratifs.

 

Jean-Marc Mort-en-direct

En un combat, qu’il livre sur la montante RMC-infos contre une gloire déclinante, Bernard Montiel, il revient sur le devant de la scène. Il s’attire la sympathie des auditeurs en refusant de leur faire payer deux fois le prix du billet, et signe dans l’écurie concurrente, Europe1. Il sèche chaque jour Evelyne Thomas, l’adversaire que son ancienne radio avait mis en face, boxant pourtant dans la même catégorie. Rien ne peut l’arrêter. Parallèlement, il signe un contrat de MatchTV avec Stéphane Rothenberg. En 2004, il est leader dans sa case et affiche une progression de 37%. Il acquiert un statut de victime et améliore son jeu de jambes, via le « Bal des Faux-culs », un livre-vérité dans lequel il bat sa coulpe, sans incriminer personne, « sinon ma jeunesse et ma naïveté ».

 

Schneidermann : les miracles de sa cour

Daniel Schneidermann a bâti son succès en réunissant une équipe très soudée faite de contrôleurs (JJ Vannier, puis Laurence Lacour), de bras droits (Alain Rémond puis David Abiker), d‘un coach cérébral, d’une responsable des relations avec l’Education (son principal public) et d’une pléiade de groupies dont il change régulièrement (Colombe Schneck, Hélène Rissert…).

Le style de Daniel The Snake Schneidermann consiste à endormir l’adversaire pour mieux le foudroyer d’un direct à l’amour propre. Ce style déplait et nombre d’adversaires (toute l’écurie de TF1) refusent de participer à ces joutes cathodiques.

 

Round 1 : Raging "les boules"

Fort du succès d’estime qui l’entoure, J2M est invité par Schneidermann dans son émission "Arrêt sur images". Au détour d’une question anodine, Daniel touche Jean-Marc d’un direct à la mauvaise foi : « votre interview avec Dechavanne était moins rentre-dedans : Etait-ce parce que vous avez un projet d’émissions avec sa boite de production ? ». J2M ronge son frein, il sait désormais encaisser les coups, et a appris à apprécier le goût de la rancœur.

 

Round 2 : Morandini Te Salutant

Au cours de l’année 2004, Jean Marc va regagner peu à peu son statut de challenger officiel, en attaquant personnellement dans son émission radiophonique, les lieutenants de l’animateur de france5, dont Laurence Lacour, à qui il est reproché de bidouiller ses interventions et David Abiker, qui devra aller jusqu’à des excuses publiques, suite à la « vague » de protestations qu’avait déclenché sa réflexion sur le Tsunami.

 

Round 3 : Sparing Epargneur

Morandini est prêt à affronter Schneidermann : Un coup du coté droit (celui du portefeuille, le talon d’Achille de Schneidermann et de ses fans), habilement décoché dans son livre « l’enfer du décor » et relayé dans le puissant T7J, va sortir « the Snake » de sa réserve. Trop faiblement, via son blog « Big Bang Blog », en démentant les affirmations du Monte Christo des ondes.

 

Round 4 :  Schneidermann sonne les cloches au « bourdon » 

Dans libération le 18 mars, Schneidermann intoxique J2M, en le suspectant de faire du Buzz, pour alimenter les nouvelles émissions de téléréalité, argument déjà aperçu dans le premier article des Cahiers de la Télé.

 

Round 5 : 2,7 Million Euro Baby

Dans un article révélations, Le Canard Enchaîné pousse Morandini dans les cordes et reproche à J2M sa posture de pourfendeur du secret des salaires, qu’il n’assume pas totalement puisqu’il ne se l’est pas appliqué à lui-même. Il a omis de déclarer une plus value de près de 15 millions de Francs, dans la transaction qu’il a réalisée avec son employeur Lagardère.

 

Round 6 : Les vieux démons

Souvent critiqué pour ces prises de position extrêmes, Daniel Schneidermann est violemment mis en cause par Jacques Pradel, dans une émission témoignage sur Match TV, dont un extrait est diffusé sur Europe1. Belle victoire pour Morandini, sauf que le combat s’avère truqué, car Jacques Pradel est un proche collègue de Morandini, et ses confessions étaient passées dans son émission sur Match.

 

Round 7 : L’enlisement

Au 7ème round, les corps sont fatigués, usés, meurtris, un triste slow a remplacé le formidable pugilat auquel nous avions droit ; tout n’est que coups bas. Le dernier en date vient de Daniel Schneidermann, qui soupçonne une collusion d’intérêt entre Morandini et son employeur Lagardère.

 

 

Alors que le combat n’est pas encore terminé, on ne sait même plus pourquoi il a commencé. Est ce le jeune Morandini, repu de victoires d’audience, qui cherche la reconnaissance des critiques, ou le professeur Schneidermann, mis au ban de la communauté audiovisuelle, lâché par sa chaîne (voir 20 minutes, aujourd’hui), qui cherche un nouvel hérétique à clouer au pilori ?

 

Commenter cet article

anakin31 22/06/2007 12:23

je comprends mieux pourquoi je me fais bannir du blog de morandinije n'arrete pas de lui demander si'il a des interets a faire de la pb comme ca pour secret story alors que celle ci est produite par endemol et que son emission sur la 8 aussi.ca fait 3 fois que je me fais degager de son site a cause de cette question.

Zarda 01/04/2005 16:48

Je l'aime bien "the snake", et il m'est d'avis que si TF1 ne veut pas aller à ASI c'est pour une autre raison que les pouvoirs soporifiques de D. S. non ?

Bonne idée ton blog, je vais le suivre...