Au nom du père et The Office

Publié le par Ken Brockman

The OFFICE : Cette série a 4 ans : culte et records d'audience en Angleterre, elle a gagné toutes les récompenses possibles, elle fait l'objet d'une adaptation aux Etats-Unis (depuis le 27 mars sur NBC), elle ne compte que 14 épisodes, et pourtant, seuls les 6 premiers sont passés, en toute confidentialité sur la laborieuse TPS Star.

Des chaînes spécialistes des séries, débusqueuses de perles rares, il en existe en France, ou, en tout cas, beaucoup se définissent ainsi : Série Club, Jimmy et Paris première, Canal + (qui s'est cru un temps capable de rivaliser avec la créativité déclarée de HBO) et Comédie (non, je rigole!). Et bien, pas une n'a fait de cette série culte un événement.

L'histoire est diablement simple et universelle : une équipe de tournage suit caméra au poing les états d'âme d'un directeur régional d'une usine de papier agitée par un plan social : les anglais ont même d'ailleurs donné un nom à ce genre de film, tourné en faux reportage (comme the Rutles et the Spinal Tap), le mockumentary.


Dans 10 secondes, il sera viré!

David Brent est couard, vicieux, sexiste, raciste et susceptible, mais terriblement attachant. Son rôle de chef paternaliste, mi-pote, mi-despote, qui aurait voulu être un artiste, nous le place constamment au bord du gouffre : on veut le pousser, parce qu'il ressemble trop à des collègues déjà croisés dans les couloirs, mais on veut aussi le retenir parce qu'il est vraiment pathétique.

Tirée d'un site de fan, voici une citation parmi tant, qui pourrait expliquer la posture du bonhomme :

“What is the single most important thing for a company? Is it the building? Is it the stock? Is it the turnover? It’s the people, investment in people. My proudest moment here wasn’t when I increased profits by 17%, or cut expenditure without losing a single member of staff. No. It was a young Greek guy, first job in the country, hardly spoke a word of English, but he came to me and he went ‘Mr. Brent, will you be the Godfather to my child?’.
Didn’t happen in the end. We had to let him go, he was rubbish. He was rubbish!”

En attendant, en France, nous, on a "Caméra Café".

Diffusé sur BBC Prime (bouquet Canal Satellite), le 17 Avril (00h30)

L'intégrale en vente sur amazon.co.uk pour 30 livres.

 

Publié dans OtVNIS

Commenter cet article

Lenn 07/04/2005 16:56

Comme quoi.. La Belgique a du bon :)
Chez nous, BeTv (ex Canal+ Belgique) a diffusé l'intégralité de la série, tous les dimanches en access (et en clair)...
Y compris les 2 "Christmas Specials"...

Personnellement je n'ai pas trop accroché : J'ai suivi de loin, pour voir comment la série allait évoluer, mais je la trouvais un peu "molle" : Il ne se passait pas grand chose, et la série ne me faisait pas trop rire... Par contre, bravo à Ricky Gervais pour son interprétation de David Brent : Il tient plutôt bien son personnage...

Guyfriendly 05/04/2005 16:33

C'est vrai, je confirme, cette série est géniale. Je la connais par mon beauf, qui est anglais, qui m'a offert le DV pour Noel. Etonnant que Morandini, pourtant toujours prompt à encenser des séries US ou anglaises inconnues du grand public, n'en ait pas parlé....