La roue tourne

Publié le par dédé

Vous êtes une grande dame de la télévision (ou un grand monsieur), les gens dans la rue prenaient l'habitude de vous accoster toujours gentiment, la tape dans le dos, mimant vos tics de présentation. Et puis, du jour au lendemain, plus rien, à cause d'une lubie d'un producteur, la bougeotte d'un directeur de chaîne en quête de sens, des audiences qui déclinaient, ou d'une image vieillotte et ringarde qui vous collait au train, votre tête n'apparaît plus dans la petite lucarne. Au début, vous vous dites que, justement, c'est bien de faire un break, "la télé rend fou" disait un présentateur de journal dont vous ne vous rappelez plus le nom. Vous vous accordez quelques semaines pour refondre un projet, un qui vous tenait à coeur (rénover une fermette, faire un disque, monter un restaurant...), avec la notoriété télévisuelle que vous avez, de toute façons, la télé va vous faire du gringue d'ici peu. Et puis, non!

 

Allo, allo ! Oh, c’est encore Monsieur l’ordinateur!

Les jours passent : votre téléphone ne sonne toujours pas. Il y a bien quelques maudits fans qui vous harcèlent, et vous disent que vous êtes la meilleure, mais ils renvoient une image de vous du passé somme toute assez ridicule : Est-ce pour ces grands dadais que je veux encore faire de la télé ?

Il reste la télé-réalité, qui chaque année, dépoussière l’une ou l’autre de nos célébrités, mais c’est au compte-gouttes, et le regain est passager et risqué.

Heureusement, depuis peu, il existe La Française Des Jeux, comme moyen encore de se prendre sa dose de méthadone de célébrité.

 


2 boules qu'on aimerait voir sortir

 

 

 

 

Leur dernière chance

En l’espace de quelques mois, après Philippe Risoli, l’initiateur de cette migration de talents vers les sunlights des plateaux de tirage et de grattage, nombre de vedettes ont signé une rente de présentation des jeux de hasard, qui agrémente les cachets d’animation en hypermarchés et en foires agricoles : Sylvain Mirouf, David Martin, Valérie Payet, « amis à la vie comme à l’écran »* , se sont passés le tuyau. Bientôt rejoints par Marie Ange Nardi (le Millionnaire, après avoir été remarquée dans une pub pour la retraite), le bouillant Vincent Perrot (TacOTac), Didier Roustan**  et la star Sophie Favier, présentatrice de l ‘EuroMillions, choisie pour sa chanson prémonitoire voila 20 ans (voir photo).

Pourquoi donc la Française des jeux s’encombre-t-elle de vedettes déclinantes ? Annie Poirel incarnait en effet bien cette France du hasard, et nous nous identifions très bien à cette grande dame, en direct de la tour Montparnasse!

 

Salut les frustrés !

La réponse, on la trouve dans leur dernière campagne de publicité pour le "Tac0Tac, gagnant à vie", très drôle au demeurant, mais cruelle également. Dans des scènes tirées de la vie de bureau (télémarketing, chantier, réunions), au milieu de personnes grises et sérieuses, surgit un baba-cool haut en couleurs, bien sûr gagnant du jackpot à vie : La signature, « détendez-vous ! », nous est renvoyée à la gueule, surtout le matin, en pleine bourre du métro.

Cuitas les carottas pour Philippe
En effet, le but de la Française des Jeux est de créer de la frustration. La pub sait très bien le faire, en nous intégrant dans des scènes décalées, qui conspuent les puissants (héritiers, figures de boss, gloires éphémères) et la masse (retour de WE, travailleurs). Comment donc décliner ce sentiment de frustration à la télé, au milieu d’un tirage tout ce qu’il y a de plus ennuyeux? En engageant des anciennes gloires de cette même télé, bien sûr ! Ce sont les meilleurs ambassadeurs de la vie de merde, eux les recalés des prime-time. Ils ont eu leur chance, elle leur a échappé des mains, alors, ne faites pas comme eux, saisissez-la!!

 

 

* : in « Vie de quartier : Boulogne, émission présentée par Sonia Dubois, FR3 IdF)

** : Didier Roustan fera l'objet d'un prochain sujet pour son émission Lotofoot

Publié dans lescahiersdelatele

Commenter cet article

Herve Resse 10/04/2005 18:50

une bien belle brochette, quoi qu'il en soit...