Face à PAF : Barbotine

Publié le par Alain Gillot-Peutêtre

Ca y est, les Barbapapa sont de retour sur une grande chaîne hertzienne. Depuis le dimanche 10 avril, M6kid diffuse les épisodes de cette famille bien particulière. A cette occasion, Face à PAF reçoit Barbotine, l’une des figures de cette famille pas comme les autres. Très élégante dans un joli fuseau orangé, le temps n’ a toujours pas de prise sur elle.

 

Les Cahiers De La Télé : Alors, Barbotine, contente de revenir sur le petit écran, plus de trente ans après votre premier passage sur TF1 ?

 Barbotine : Oh, vous savez, c’est tellement loin, tout ça ! (elle tire sur un narguilé) C’est un peu comme si je revoyais des Vidéo8 de ma jeunesse ! Je ne sais pas si c’est bon de toujours ressasser ses souvenirs.

LCDLT : Quand même, la série a dépassé les frontières. On trouve même des sites de fans en Italie,  au Japon, au Canada…

Barbotine : Dès le début, Papa (NDA : Barbapapa) a voulu faire un succès international de cette série en s’associant à un couple d’auteurs internationaux, Annette Tison et Talus Taylor. Il trouvait que notre famille était assez …euh, emblématique, pour véhiculer hors des frontières, des sujets suffisamment forts pour rassembler les générations futures autour d’un idéal commun.

 

"Contre l'utilisation du Barbaplastic"

LCDLT : Justement, vous apportiez des réponses très précises aux problèmes d’écologie ; que pense, 30 ans après, la petite fille qui lisait tout le temps des livres, de la dérive écologique actuelle ?

 Barbotine : J’avais 4 ans, au moment du tournage de la série !  Pour moi, l’écologie, c’était surtout nager avec les dauphins et manger des citrons traités. Et il faut dire que je me suis révolté très tôt contre cette utilisation du Barbaplastic, alors qu’on le retrouve maintenant dans toutes les constructions.

LCDLT : Que gardez-vous de cette vie de star, en circuit fermé avec votre famille ?

Barbotine : J’étais jeune, influençable et très tenue par mon père. On était un peu les Jackson 5 du dessin animé. En cela, je me retrouve un peu avec les déboires actuels de Michael Jackson, qui n’a pas vu passer sa jeunesse.

LCDLT : Votre père avait l’air très doux, pourtant !

Barbotine : Papa - Barbadieu ait son âme - savait ce qu’il voulait dès le début. (elle réajuste son colliers de fleurs) Il est allé jusque sur la lune pour trouver Maman (NDA : Barbamama), il lui a fait 7 gosses, un de chaque couleur, et up up up, ses phénomènes de foire étaient prêts pour une grande tournée mondiale. La belle affaire !

 

"Il était noir comme Maman et poilu"

LCDLT : Et vos embrouilles avec Barbouille ?

Barbotine : (émue) il…était…le plus fragile d’entre nous. C’était l’artiste. Oh, c’est sûr, souvent, nous nous disputions, mais c’était de lui que je me sentais le plus proche. (silence) Papa n’a jamais accepté que Barbouille ne lui ressemble pas. Il était noir comme Maman et poilu, … comme ce personnage de la troupe des Muppets que mes parents avaient rencontré aux USA, peu avant notre naissance. Le poids du doute a eu raison de mon petit frère.

LCDLT : cette tragédie (NDA : le suicide de Barbouille) a mis fin brutalement à vos péripéties. Qu’êtes-vous devenu ensuite ?

Barbotine : Je suis partie aux States avec une rock star qui avait son petit succès en son temps (NDA : Mentalo le requin). J’ai pu aussi là bas rencontrer mon idole, Angela Davies, (voir photo). J’étais très fière d’apprendre que j’étais un exemple pour cette activiste rebelle, sûrement parce que je représentais l’avenir d’une société multi-raciale (père rose, mère noire). J’ai commencé à finaliser ma conscience politique à son contact. Et puis, et puis, et puis, je me suis assagie, maintenant, toute ma violence, je la ressors dans mes œuvres.

LCDLT : Vous voyez encore votre famille ?

Barbotine : A la mort de papa, je suis quand même venu à l’enterrement. Maman était très diminuée, mais elle pouvait être fière de ses petits, ils avaient tous réussi : Barbidul est ingénieur, Barbalala chante à Vegas, Barbabelle présente le JT le Week end, Barbidoux a toujours son association pour les animaux et Barbidur a changé un peu son patronyme pour faire de la politique en France, il a même été premier ministre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Barbidur, toujours jovial

Commenter cet article

Dav 12/04/2005 10:57

superbe interview!

Striker 11/04/2005 17:48

Tu ne penses vraiment qu'au sexe, Del. Coquine !

Pierre Claudard 11/04/2005 15:57

A del63 :La remarque est juste. En ce qui concerne l'accouplement de Barbapapa, il faudrait que je mette en ligne les oeuvres dont parle Barbotine dans l'itw ; si je ne l'ai pas fait, c'est à cause du contenu explicite que renfermait notamment son tableau "mon origine du monde".

del63 11/04/2005 14:15

d'abord les barbapapa, puis les transformers, enfin les transformistes. Notre société a bien changé (elle aussi !) en 30 ans.
N'empêche, on n'a toujours pas vu un accouplement de barbapapa, et ça, ça doit être quelque chose ...