Lettres et le néant

Publié le par Bataille et Lafontaine

 

Alors que les coachs envahissent la télé (diététicien dans "j'ai décidé de maigrir", nounou dans "Super Nanny", économiste dans "combien ça coûte", décorateur avec les "Queers", avocat dans "Sans aucun doute") il était inévitable que "Les Cahiers de la Télé" succombe à cette mode. Le Coach Potato, car tel est son nom, vous aidera à mieux regarder la télé, car il va plus loin dans l'investigation. Pour vous, il débusquera les choses à voir, et celles qui n'ont pas été vues.

 

 

 Leçon N°2 : S'éveiller à la littérature en regardant le petit écran

 

 

Et oui, chers lecteurs, il n'y a pas que du mauvais à la télé. La télé regorge d'envolées lyriques, qu’on ne pouvait trouver jusqu’à maintenant que dans les meilleurs romans de gare. Pourtant, il existe quelques îlots de pur bonheur syntaxique au style dense, succulents sorbets aux vrais morceaux de métaphores hasardeuses. Le Coach Potato en a débusqué 2 pour vous. Plus que de longs discours, écoutez plutôt ces complaintes sorties du néant cathodique par des nègres voix off jusqu’à maintenant encore anonymes. Respect.

 

 

a)      Y-a que la vérité qui compte, TF1 le 11 avril 2005.:

 

 

 

 

 

 

 

Bataille et Lafontaine

Résumé : Loïc est une jeune homme bien sous tous rapports. Comme tous ceux qui ont préféré boire pendant leur jeunesse plutôt que trouver l’amour, il a chopé au travail. Cette passade fortuite s’est tout naturellement transformée en vie de couple. Au moment où sa femme accouche, il prend la tangente, pas con, mais est vite repris par ses scrupules judéo-chrétiens. Il doit ce soir, en bon nigaud, reconquérir sa cocue tout sourire. Voici comment son histoire est résumée par le Balzac de la Une. Les phrases sont authentiques.

 

« En ces temps, Loic, la vie n’était pas à la peine, la vie était à la belle, la belle qui vous prenait en photo et faisait pencher votre corps coté gauche coté cœur. (le clip montre une photo de l'infortuné prise de travers) Clic clac de l’amour et de ces clichés, c’est Nadège, c’est vous, choc d’une rencontre au travail, (staccato) approche, rapprochements, premiers baisers, promesse d’une alliance, et l’amour comme un emploi du temps à plein temps qui dessine soudain ses courbes sur le corps d’une femme. (silence sur la figure ahurie de Loïc)

Alors pourquoi faut-il soudain que sur votre visage, Loïc, les souvenirs s’effacent, (embrouillaminito) ou vous voulez vous convaincre de votre envie d’être père, votre femme pousse si vite l’envie d’être mère mais des nouvelles responsabilités professionnelles vous éloignent de vos amours, vous approchent de vos doutes.

(puerilo) Bonjour Papa, c’est moi, Manon, la vie est têtue, la vie est belle, mais la peur serait-elle son masque, Loïc ?

Père absent, mari sans élan, c’est sans lui avouer que vous décidez de chercher ailleurs tout ce que votre femme ici vous offre. Nadège croit à un nouveau malaise, vous vous séparez en espérant mettre entre vous cette distance qui vous donnera envie de la rompre.

Nadège ignore tout de cette liaison, mais un jour …

(moralisato) Les femmes ont parfois des malices qui donnent à l’amour ses plus belles leçons. Elle décide d’inviter cette jeune femme…

(Conclusion) Mais ce soir, il veut retrouver du brouillon de ses erreurs la belle page de son avenir »

 

 

 

b)      Turbo, M6 le samedi 9 avril 2005,  (à la manière de)

 

Résumé : test de la Maserati 900

 

« Merveille mécanique à l'Italienne ! La Maserati GranSport est un trésor d'orfèvrerie. A en voir ces magnifiques lignes, on ne parle plus de carrosserie mais d’une véritable œuvre d’art, tout droit sortie d’un atelier de sculpture du quattrocento. A sa robe magnifique et sa silhouette de rêve s'ajoute un V8 vrombissant de chez Ferrari, à Maranello. Dessiné par Giuggiaro, ce coupé 2+2 avale le 0 à 100km/h en 4,8s et est donné pour une vitesse maxi sur circuit de 290 km/h chrono. A l'intérieur, c'est tout aussi somptueux ! Ronce de noyer et subtil mélange entre hommage et modernité, le fougueux bolide semble tout droit sorti du palais des mille et une nuits. Entre plaisir des yeux et des oreilles, le superbe et véloce coupé au trident accouché par les usines de Modena procure d'énormes sensations, de quoi rivaliser avec les Porsche 911 ou autres Aston Martin V8 Vantage ! Pour s’attacher les services de ce diamant brut, il ne faudra pourtant que débourser la coquette mais relative somme de 100 000 Euros. La perfection a un prix, mais cette fois, le rêve devient abordable ».

 

 

Malheureusement, la diction de ces textes n'a pas pu être fidèlement retranscrite.

A noter que ces textes sont susceptibles d’être présentés aux prochaines épreuves du Bac. Stendhal et Houellebecq n’ont qu’a bien se tenir.

Commenter cet article

Loick 23/07/2006 21:21

Et oui il est drole de voir l'interpretation de cette emission , interessante mais sans fond ! Loick ( le nigaud de ce soir la)

flippy 13/04/2005 13:40

Mon dieu, c'est beau. Même les journalistes sportifs de la tsr ne font pas mieux

del63 13/04/2005 09:22

Roustan était très fort dans cet exercice ... Avant le téléfoot "playstation 5.1" qu'on nous sert maintenant, on avait eu le téléfoot "ushuaïa verbeux" de l'ami Didier. Trop en avance sur son temps, un génie méconnu. Tiens, j'ai envie d'écrire un livre : ça s'appelerait le D. Roustan Code, ou la preuve que dieu est un ballon de foot, et que Zidane est son prophète ...