La Firme : C'est les Brigands

Publié le par Brian Storming

Vous les subissez à la télé, ils sont toujours présents, squattant les meilleurs créneaux horaires et donc les meilleures audiences. Ils font tous partie directement ou non, de Un Bémol, la Firme. Vous pouvez dorénavant grâce à "la Firme C'est les brigands", vous aussi prendre du plaisir à les éliminer. Avant de suivre leurs humiliations chaque semaine, voici une petite description des participants :

Jon : business man hollandais. Il a révolutionné la télé en imposant le concept intéressant de téléréalité, avec « Big Brother », clin d’oeil littéraire, le seul, au « 1984 » de George Orwell. Depuis, sa société a été rachetée par le groupe de télécom Espagnol Telefonica. Il a donc un peu de temps pour tâter de la téléréalité. Sans succès.


Karl : Trublion de la télé sur canal+ depuis sa création, issu du groupe Jalons, il essaie depuis 10 ans de faire un « canard enchaîné » à la télé. Toujours tiré à 4 épingles, il cache derrière son air enjoué un visage de bon père lamorale. Maintenant qu’il a l’âge qu’il fait depuis 20 ans, il postule régulièrement à la présentation du JT. En attendant, Un bémol l’a racheté et intégré dans son business unit «électron libre», aux cotés de Guy Carlier!



Guy : Pourfendeur de la mauvaise télé dans ses chroniques dans « le fou du roi » de Stéphane Bern, sur France Inter, il a séduit Un Bémol, et rejoint Marco pour un strapontin de chroniqueur dans son émission. Du coup, il ne lui reste que "le maillon faible" pour railler la bêtise crasse.







Alexia : Femme de dossier, elle incarne Madame Téléréalité depuis l’arrivée de Loftstory sur M6. Elle s’est vite ralliée à TF1, en prenant la direction de l’académie des Stars, pendant 2 ans. Puis, quelques coups durs personnels (perte de son mari, son père ancien SDF) lui donnent une certaine crédibilité à vendre de l’émotion indécente.





Arthur : Roi autoproclamé de la bande FM, il a été, après un premier échec avec « Emission impossible », l’animateur incontournable des soirées du vendredi sur TF1, avec du bon « les enfants de la télé » et du moins bon « la fureur ». Sa société, Case production, avalée par l’ogre Un Bémol, il devient le directeur général de la filiale française, s’achète une top-model et perd de sa superbe. Rêve d’interpréter « le savetier et le financier » !




Jean Marc : Tête à claques du PAF avec « Tout est possible » en 95, il réapparaît quelques années après pour les distribuer dans une émission consacrée à la télé. Fait les yeux doux à la multinationale de la téléréalité sur Europe1. Très conciliant vis à vis de Stéphane Rothenbergle bachelor »), surtout depuis que ce dernier lui produit son talk sur Match TV.




Geneviève : Pasionaria de la TV, elle plaît par son parler vrai. Son chapeau (et ce qu’il y a en dessous) sent quand même un peu le moisi. Dame patronesse des Miss France, depuis des années, sa société a été rachetée il y a 2 ans. Fournisseur officiel en gourdasses.





Lagaf : Cet ancien animateur du Club Méd sait contenter le public, par son extravagance (surtout ses costumes, en fait). Ejecté des grilles de l'access prime time par l’omniprésence de Un bémol, alors que son Big Deal séduisait, il profite des erreurs des uns (E Thomas) et des manques d’audience des autres « Zone Rouge », pour revenir bientôt à 18h.




Daphné : beauté froide née de la génération prompteur. Présente « Plus clair », émission sur la télé à Canal+. Elle a tout du droïde. Sa principale frasque est d’être avec A Decaunes. Youpi !






Marco : jeune loup aux dents longues, aiguisées par sa passion des média, il se fait avaler par Un Bémol, alors qu’on croyait qu’il allait révolutionner Canal+. Au contraire, il a choisi le fonctionnariat sur FR3, ce qui lui permet de fourguer ses concepts creux à la chaîne publique pas rancunière (« le fabuleux destin de… » de Isabelle Giordano).




Loanna : est l’icône de la télé réalité. Après avoir inauguré une piscine avec un candidat, elle devient la Cendrillon des français, à cause de son histoire qu’elle raconte dans Miettes. Depuis, on a peur pour elle, peur qu’elle nous fasse un syndrome Marylin Monroe, sans sa carrière. Alors, on lui achète ses disques et ses fringues de pouf’.




Nikos : Chroniqueur grec pour Christine Bravo, il tente le pari de la Star’Ac et y trouve une nouvelle famille. Depuis, il s’éclate sur Star’Ac, Celebrity Dancing et animait même une émission culturelle sur LCI.

Commenter cet article